A&I UNSA
 

Brèves

Personnel de l’éducation

Attestations fiscales adhérent·e·s

Les attestations fiscales ont été envoyées courant avril par courrier à l'adresse que vous avez indiquée sur le bulletin d'adhésion.

Baromètre UNSA des métiers de l’Éducation

Résultats complets

Liens utiles

 

Vous êtes ici : Accueil » Actualité


À lire aussi...

Quand la communication remplace le dialogue social !

Contre la fermeture des CIO et le transfert des DRONISEP aux régions.

Des clarifications ministérielles nécessaires dans la réorganisation territoriale

Fonction publique
Rémunération : un chantier clef

Transformer complètement les CAP et les CCP : une mauvaise idée pour tous, agents comme employeurs !

AEFE : Commission consultative paritaire centrale E du 13/02/2018

Commission consultative paritaire centrale E du 13 février 2018

 

Déclaration liminaire A&I UNSA

 

Il n’est pas possible de commencer cette Commission consultatuve paritaire centrale (CCPC) sans évoquer le sort fait par le gouvernement à l’enseignement français à l’étranger et à son opérateur, l’AEFE, avec la diminution de la subvention pour mission de service public et son corollaire, les suppressions de postes de détachés résidents ou expatriés.

 

Pour ce qui nous concerne, ce sont, dès cette année, plusieurs fermetures de postes de Directeurs administratifs et financiers (DAF) ou de DAF adjoints et, au vu du mauvais procès fait à l’Agence par plusieurs députés de la majorité, notamment représentants des français de l’étranger, il est fort à craindre que ce ne soit qu’un début. Les établissements en gestion directe, mais aussi conventionnés, ont besoin de compter au sein de leurs équipes de direction des fonctionnaires en charge des questions administratives et financières détachés sur des missions limitées dans le temps, garants d’une réelle éthique de l’action publique dans leur champ de compétence C’était notamment le sens de la mise en place il y a quelques années des DAF adjoints dans les Établissements à gestion directe (EGD) les plus importants et leur disparition à terme, apparemment programmée, est un mauvais signal au moment où les établissements sont souvent engagés dans des processus de réorganisation administrative liés notamment à la mise en œuvre de la gestion budgétaire et comptable publique (GBCP) ou des projets immobiliers lourds et où la recherche de la qualité dans la gestion budgétaire et comptable est réaffirmée comme une priorité.

 

La réduction de l’encadrement administratif nous semble aussi être un mauvais signal pour certains comités de gestion d’établissements conventionnés, tentés par le déconventionnement et qui pourraient se sentir ainsi encouragés dans cette voie.

 

La réforme de l’AEFE, annoncée il y a quelques jours à Tunis par le Président de la République, avec un calendrier quelque peu précipité, nous semble dans ce cadre s’engager sous de bien mauvais auspices. Notre organisation syndicale restera vigilante à ce que le rôle de l’opérateur public ne soit pas réduit à la portion congrue et que les personnels qu’elle représente, détachés ou agents de droit local, y gardent toute leur place.

Administration & Intendance - UNSA | Mentions légales | Plan du site | Espace privé | Contacts | Fils RSS | Dernière mise à jour : vendredi 15 juin 2018