A&I UNSA
 

Brèves

5 raisons d’adhérer

[En vidéos]

À découvrir ici :

1. La proximité

2. L'expertise

3. L'équipe

4. Nos valeurs

À suivre tous les jeudis à 17h00...

Cliquez ici pour adhérer

Liens utiles

 

Vous êtes ici : Accueil » Actualité


À lire aussi...

Déclaration à la CAPN ADJAENES du 12 décembre 2017

Réforme de l’organisation territoriale de l’éducation nationale : De l’ombre à la lumière ?

CAPN des SAENES : "Quand le ministère perd son sang froid"

Déclaration de la CAPN des AAE
du 5 décembre 2017

Services Publics : un big-bang en gestation

Conseil d’administration de l’AEFE : gérer ne se réduit pas à stigmatiser.

Pourquoi ne pas le dire clairement ? Nous étions en état "de vigilance" au conseil d'administration de l'AEFE le 27 novembre 2017. Les déclarations de certains parlementaires, matamores des réseaux sociaux, sur "les années de mauvaise gestion de l'AEFE", le courrier du Secrétaire d'Etat Lemoyne qui évoquait (fallacieusement)"69 millions d'euros" de recettes nouvelles en mentionnant une liste de la honte d'établissements mauvais payeurs, faisaient craindre des échanges très vifs. Ou en tout cas un "rideau de fumée budgétaire" destiné à faire oublier "le coup de poignard estival" de -33 millions d'euros.

 

On assista pourtant à un miracle de la "bienveillance", nouvelle divinité protectrice de la République française... car les matamores d'hier s'étaient assagis. Un retour à la sagesse de ceux qui ont vu parents, élus et personnels se mobiliser fortement ce lundi dans le réseau ? Ces parents et personnels sont aussi des électeurs....

 

Nous vîmes des représentants syndicaux UNSA, aux côtés des collègues de la FSU, dénoncer conjointement les baisses de moyens publics. 

Une déclaration  "historique" associant les représentants syndicaux  Français du Monde. La « Ape FAPEE » étant sur la même ligne.

 

Au titre de L'UNSA nous avons appelé à se mettre sérieusement autour d'une table pour réfléchir à l'avenir d'un réseau dont nous ne découvrons pas aujourd'hui  les déficits structurels et le sous financement public même si ce dernier devient intenable : les économies faites en tranchant dans Le vif des effectifs ne comblent pas le déficit. 

 

 Nous avons tenu à remettre les pendules à l'heure : ce n'est pas la gestion publique qui est en cause dans ces déficits n'en déplaisent aux idéologues qui pensent qu'un fonctionnaire coûte de toute façon toujours trop cher.

 

André Ferrand, ex-sénateur siégeant au CA, a interpellé Mme Cazebonne, député LREM pour lui demander de voter l'amendement sénatorial de rétablissement de crédit. Entre parlementaire on sait se dire les choses franchement. 

 

Plus surprenante la "sortie" en forme de dérapage non contrôlé du sous directeur du budget indiquant que cet amendement mettait en péril la contribution de la France à l'ONU !  Décidément nous étions un peu dans ce "nouveau monde" qui voit un représentant de Bercy contrer un parlementaire  avec l'assurance d'un gendarme verbalisant un excès de vitesse. 

 

Nous avons voté contre le budget initial pour faire entendre notre mécontentement collectif.

 

 

Mme Cazebonne allégua des nombreux rapports de ces dernières années pour évoquer des propositions à mettre en oeuvre. Lesquelles Mme la députée ? 

 

De notre côté nous voyons le rétablissement de crédits comme "un préalable de confiance". Mais la réforme du réseau semble bien sûr nécessaire dès lors qu'elle se fait dans la concertation et sans excès de brutalité. 

 

Il est possible de réformer... sans stigmatiser.  De changer...sans dénaturer les missions de service public de l'agence. 

 

La réforme demande donc doigté et humilité.

 

Boris Faure

Secrétaire national Europe et International

Administration & Intendance - UNSA | Mentions légales | Plan du site | Espace privé | Contacts | Fils RSS | Dernière mise à jour : mardi 12 décembre 2017