A&I UNSA
 

Brèves

5 raisons d’adhérer

[En vidéos]

À découvrir ici :

1. La proximité

2. L'expertise

3. L'équipe

4. Nos valeurs

À suivre tous les jeudis à 17h00...

Cliquez ici pour adhérer

Liens utiles

 

Vous êtes ici : Accueil » Carrière » SAENES


À lire aussi...

Déclaration à la CAPN des SAENES du 7 décembre 2017

Compte-rendu de la CAPN des SAENES du 20 juin 2017

Déclaration à la CAPN des SAENES du 20 juin 2017

Compte-rendu de la CAPN des SAENES du 21 mars 2017

CAPN des SAENES 18 octobre 2016

Déclaration à la CAPN des SAENES du 21 mars 2017

Madame la Présidente,

Mesdames, Messieurs, chers collègues,

 

« A l’approche des élections présidentielles, nombre d’esprits se penchent sur la fonction publique et son devenir. Le conseil économique social et environnemental vient d’en rappeler (s’il en était besoin…) à la lumière d’un récent rapport, son importance…

 

En effet la fonction publique c’est avant tout une idée. Avoir dans un état une fonction publique, une fonction publique statutaire, une fonction publique de carrière, ce n’est pas naturel. C’est un choix. En France, ce choix est le fruit d’une expérience tragique de l’histoire. Même si la France de 2017 n’est plus celle de 1945, il est bon de se souvenir du pourquoi.

 

En France, la fonction publique est indissociable d’une certaine idée de la République. En France, c’est la fonction publique qui a fait l’état au service de la République, de la démocratie républicaine, de la légalité républicaine. » extrait de l’éditorial n°88,  Jean Marc Bœuf, secrétaire général A&I-Unsa.

 

Cette CAPN des SAENES se tient dans une période pré électorale bien préoccupante pour le moins… mais cela ne doit en aucun cas figer notre action de représentants des personnels. Cela ne doit en aucun cas figer la continuité de la gestion du déroulement de carrière de nos collègues.

 

Les dossiers non aboutis et contestables ne manquent pas avec le RIFSEEP dont la mise en œuvre anarchique ne se dément pas, les plans de requalifications des emplois, qui après l’incompréhension des académies se mettent en place péniblement. Le PPCR, enfin, qui pour la catégorie B, et nous allons y revenir dans le détail, est proche de la duperie.

 

Tout cela manque d’ambition, tout cela manque cruellement de vision.

 

Nous vous entendons, Madame la présidente, CAPN après CAPN,  nous rappeler que le ministère de la fonction publique semble seul compétent pour l’évolution de nos carrières et de nos métiers. Pour autant, notre ministère n’est-il pas le premier ministère de France en termes d’effectif et de budget ? Son poids n’est-il alors pas suffisant pour se faire entendre, pour défendre ses personnels ? Le fait qu’il n’y ait plus d’enseignant de catégorie B justifie-t-il l’abandon de cette catégorie ?

 

Nous ne voulons pas être un corps intermédiaire, nous voulons être un corps charnière entre les adjoints et les attachés. La catégorie B dont nous croyons à la raison d’être devrait assurer une suite logique de carrière pour la catégorie C et un tremplin pour le corps des AAE.

 


Dans cet ordre d’idée et pour exemple, même après le PPCR des adjoints qui supprime un grade, il n’est toujours pas attractif de passer en SAENES Classe Normale. Il peut exister un très large fossé entre les missions dévolues à une catégorie B et une catégorie C dans certains secteurs d’activité pour un gain de rémunération minime. Comme nous l’avons déjà dit, le PPCR pour les SAENES laisse un goût amer :

  • le glissement de l’indemnitaire vers l’indiciaire avec effet zéro sur la fiche de paie,
  • le reclassement 2017 qui, se heurtant aux augmentations des prélèvements sociaux de début d’année, entraîne une revalorisation quasi nulle.

 

A&I UNSA fera tout pour que les SAENES soient reconnus tant sur le plan des missions que sur le plan du traitement.

 

Concernant l’ordre du jour de cette CAPN, A&I UNSA prend acte du panorama RH des SAENES ainsi que du premier bilan des requalifications de C en B.

 

Le mouvement 2017, point principal de cet ordre du jour, ne peut être abordé sans qu’au préalable nous n’adressions nos vifs remerciements aux services de la DGRH C2-1 de Monsieur LEDUC.

 

Comme nous le signalons depuis plusieurs années, nous apprécions à sa juste valeur le travail fourni par les services pour garantir une offre de postes suffisante permettant de maintenir une mobilité réelle pour les collègues.

 

Pour A&I UNSA, la BIEP doit être l’exception et le mouvement inter académique piloté par la CAPN doit demeurer la règle.

 

De même nous rappelons notre volonté de voir la mise en œuvre d’un CIGeM pour la catégorie B qui justifierait la création d’une CAPI et d’un mouvement biannuel.

 

Avec plus de 380 candidats au mouvement pour 273 postes vacants ou susceptibles de l’être (Mayotte), la mobilité 2017 serait un bon cru si elle ne se traduisait pas par un nombre important de postes non pourvus. De Besançon avec un déficit de 11 postes, Nancy-Metz 8 postes, Lille 11 postes, Versailles 7 postes, le triste record revient une fois de plus à l’académie de Créteil avec une seule entrée sur 20 possibilités d’accueil !

 

A&I UNSA maintient son souhait de privilégier une offre plus importante de postes précis notamment pour certaines académies. L’expérience montre que la précision dans l’offre possède un aspect rassurant pour les collègues. Nous condamnons une fois de plus le manque d’ouverture entre l’enseignement supérieur et l’enseignement scolaire : le droit de véto dénoncé par A&I fonctionne à plein…

 

A&I UNSA déplore que le mouvement des Antilles Guyane soit totalement bouché. La liste des collègues qui demandent un retour auprès de leur famille s’allonge année après année et le nombre de collègues ayant le barème maximum (sans priorité légale) s’accroit. Plus grave, ces collègues sacrifient leur carrière renonçant à des concours ainsi qu’à toute mobilité, restant ainsi plus que de raison sur un poste. Notre ministère doit se saisir de ce problème et y apporter des solutions.

 

Enfin, sur le plan de requalification de C en B, A&I UNSA constate avec regret que les engagements de la ministre ne sont à ce jour pas atteints. Avec 495 requalifications pour 2015-2016,  il reste au moins 405 requalifications à effectuer sur l’exercice 2017. Notre ministère a-t-il des précisions à nous apporter à ce sujet ?

 

Et pour terminer, face aux attaques dont la fonction publique fait l’objet, nous rappelons, et l’UNSA a toujours tenu un discours clair et raisonnable à ce propos, que servir l’Etat c’est servir l’intérêt général qui ne se traduit pas à la somme des intérêts particuliers y compris ceux des fonctionnaires eux-mêmes.

 

Les commissaires paritaires nationaux SAENES  A&I-Unsa

 

                                                                     

Quand vous placez la probité et l’honneur au premier rang de vos valeurs et que vous aurez pris place à bord du train cinglé de l’histoire à compartiment de seconde classe, la vie n’a rien d’une partie de plaisir.

 

Fabrice COLIN

Administration & Intendance - UNSA | Mentions légales | Plan du site | Espace privé | Contacts | Fils RSS | Dernière mise à jour : lundi 11 décembre 2017