A&I UNSA
 

Brèves

5 raisons d’adhérer

[En vidéos]

À découvrir ici :

1. La proximité

2. L'expertise

3. L'équipe

4. Nos valeurs

À suivre tous les jeudis à 17h00...

Cliquez ici pour adhérer

Liens utiles

 

Vous êtes ici : Accueil » Presse


À lire aussi...

Éditorial Revue n°91

Editorial Revue n°90

Editorial Revue n° 89

Editorial Revue n° 88

Editorial Revue n° 87

Edito

 

Revue n° 80 - Décembre 2014 - Janvier - Février 2015

 

Le traumatisme est toujours présent, un mois après les attentats, qui ont secoué notre République.

Ils ont tué, ils ont assassiné, pour nous faire peur.

Ils ont raté leur coup !

Ils ont renforcé notre détermination pour faire vivre les valeurs de notre République : Liberté, Égalité, Fraternité, Laïcité. Ce sont les fondements du vivre ensemble.

Faut-il encore « donner aux maux dénoncés, un nom et une adresse postale » (Bertolt Brecht)

Laïcité ? L’éditorial du premier numéro post attentat publié par Charlie Hebdo le 14 janvier 2015 pose une question « Est-ce qu’il y aura encore des « oui, mais » ? »

« Ces dernières années, nous nous sommes sentis un peu seuls, à tenter de repousser à coups de crayons les saloperies franches et les finasseries pseudo intellectuelles qu'on nous jetait au visage, et au visage de nos amis qui défendaient fermement la laïcité : islamophobes, christianophobes, provocateurs, irresponsables, jeteurs d'huile sur le feu, racistes, vous l'avez bien cherché... Oui nous condamnons le terrorisme, mais, oui, menacer de morts des dessinateurs, ce n'est pas bien mais, oui, incendier un journal c'est mal, mais ...

Nous allons quand même essayer d'être optimistes, bien que ce ne soit pas la saison. Nous allons espérer qu'à partir de ce 7 janvier 2015 la défense ferme de la laïcité va aller de soi pour tout le monde, qu'on va enfin cesser, par posture, par calcul électoral ou par lâcheté, de légitimer ou même de tolérer le communautarisme et le relativisme culturel, qui n'ouvre la voie qu'à une seule chose : le totalitarisme religieux...

Pas la laïcité positive, pas de laïcité inclusive, pas de laïcité-je-ne-sais-quoi, la laïcité point final.

Elle seule permet, parce qu'elle prône l'universalisme des droits, l'exercice de l'égalité, de la liberté, de la fraternité, de la sérénité. Elle seule permet la pleine liberté de conscience, liberté que nient plus ou moins ouvertement selon leur positionnement marketing, toutes les religions dès lorsqu'elles quittent le terrain de la stricte intimité pour descendre sur le terrain politique. Elle seule permet, ironiquement, aux croyants et aux autres de vivre en paix. Tous ceux qui prétendent défendre les musulmans en acceptant le discours totalitaire religieux défendent en fait leurs bourreaux. Les premiers victimes du fascisme islamique, ce sont les musulmans ».

 

Certains ont cherché des responsabilités à l'Ecole, critiquée pour ne pas transmettre « comme elle le devrait » les valeurs de la laïcité.

Si l’École doit s'interroger et « mieux construire notre éducation autour de ces valeurs dans un temps long » (Laurent Escure -Secrétaire général de l'UNSA Éducation), le Président du Conseil Supérieur des programmes, Michel Lussaud, constate que « l'école reste caractérisée par les discriminations, que l'échec scolaire y est flagrant en particulier chez les jeunes des milieux populaires », et que le système scolaire a été « construit pour l'élite donc une minorité d’élèves. Or, on dit que l'école est démocratique et doit s'occuper de la réussite de tous ». (Les Echos 21 janvier 2015).

Au-delà de ce constat récurrent depuis plusieurs années ; l'Ecole est aussi le miroir de notre société. Comment peut-elle transmettre les valeurs de la République -celles qui sont quand même à l'origine des marches citoyennes massives, jamais vu dans notre pays- alors que la République engendre, par ailleurs, des discriminations et n'est donc pas exemplaire ?

La ségrégation sociale et spatiale croissante n’est pas un fantasme.

Pour nous, il n’y a pas de République inclusive sans des services publics de qualité.

 

Il est relativement compliqué de dire à un jeune que l'égalité fait partie des valeurs de la République, quand une enquête menée dans 64 quartiers de 38 villes publiée par le Journal du Dimanche le 25 janvier 2015 montre une « carte qui n'existe pas » avec :

- 11 000 euros de revenu par an pour les moitiés des habitants,

- 23% de taux de chômage qui grimpe à 45% chez les jeunes,

- A diplôme égal, deux fois plus de chômeurs,

- 30% à 50% de familles monoparentales,

- 33% à 50% d’immigrés ou d'enfants d'immigrés.

 

Le diagnostic de Jean Jaurès au début du XXème siècle est donc toujours d’actualité :

« La République française doit être laïque et sociale, mais elle restera laïque parce qu’elle aura su rester sociale ».

« Syndicalistes-citoyens » de l’UNSA nous avons pris et nous continuerons à prendre nos responsabilités lorsque les principes démocratiques fondamentaux de notre République sont attaqués.

Pantin, le 13 février 2015

Jean-Yves Rocca

Administration & Intendance - UNSA | Mentions légales | Plan du site | Espace privé | Contacts | Fils RSS | Dernière mise à jour : lundi 11 décembre 2017