A&I UNSA
 

Brèves

Adhésion 2018-2019

J’A&Ime mon métier.
Le supplément 2018-2019

Pour consulter le supplément 2018-2019, cliquez ici

5 raisons d’adhérer

[En vidéos]

À découvrir ici :

1. La proximité

2. L'expertise

3. L'équipe

4. Nos valeurs

5. Majoritaire

Cliquez ici pour adhérer

Liens utiles

 

Vous êtes ici : Accueil » Actualité


À lire aussi...

-1600 emplois ? L’UNSA Éducation et ses syndicats contre la casse du ministère des Sports

Egalité professionnelle entre les femmes et les hommes. Oui à une négociation au service de l’intérêt des agent·e·s

L’UNSA dit non à une solidarité de l’État à crédit

Déclaration préalable de la CAPN des AAE

Quand la communication remplace le dialogue social !

« L’organisation de l’Etat remonte aux Trente Glorieuses… »

Acteurs publics et Libération se sont faits l’écho ces derniers jours de la volonté gouvernementale de « réformer » une nouvelle fois l’action publique.

 

Nous ne reviendrons pas sur la RGPP des années Sarkozy puis de la MAP des années Hollande, car au final nous aurons eu 10 ans d’instabilité et d’errements…

 

Il y a une semaine le Premier ministre  a lancé le « comité d’action publique 2022 », 34 experts qui accompagneront la « transformation » du service public voulu par l’exécutif ; il faut noter que dans la sémantique gouvernementale il faut dire « transformer » et non « réformer ».

 

Ces 34 experts sont des hauts fonctionnaires, des économistes, des patrons venus du secteur privé  et quelques élus… 12 énarques et des artisans du programme du candidat Macron. Un maître mot « Partez où vous voulez, explorez toutes les pistes : vous avez carte blanche » leur a dit le Premier ministre. L’objectif connu et déjà écrit : diminuer de 25 milliards d’euros les dépenses de l’Etat sur le quinquennat et la suppression de 120 000 fonctionnaires !

 

Pour ce faire l’inévitable Laurent Bigorgne directeur de l’institut Montaigne, institut financé par 100 entreprises et fondé par le PDG d’AXA et qui a une aversion pour les fonctionnaires.

 

Ajoutons l’économiste Philippe Aghion qui a déclaré « L’organisation de l’Etat remonte aux Trente Glorieuses, à une époque où les fonctionnaires passaient leur vie dans le même métier. Moi je suis profondément « new left »… ma boussole c’est le modèle suédois ». M. Aghion table sur 2 à 3 milliards d’euros d’économies avec les fonctionnaires non remplacés, il veut trancher « dans le millefeuille social »… bref de quoi rendre du pouvoir d’achat aux 1000 fortunés « premiers de cordée » !!!

 

De manière presque concomitante Luc Rouban, directeur de recherche au CNRS –Cevipof SciencesPo publie une note intitulée « les salariés du privé et les fonctionnaires face au travail » et la seule vraie différence qui sépare salariés du privé et fonctionnaires : la motivation pour le travail. Luc Rouban relève que la satisfaction éprouvée par les agents publics viendrait donc « de motivations intrinsèques comme le service rendu aux usagers ou à la communauté ou comme le sentiment moral d’avoir contribué au bien-être social ». « Globalement, l’existence d’une « motivation de service public » est vérifiée dans la France de 2017 » expose le chercheur. Transmis aux pourfendeurs du service public !

 

Le comité d’action publique rendra ses conclusions en mars 2018 et devra faire « preuve d’innovation et d’audace »… Notons qu’il n’y a aucun représentant d’organisations syndicales parmi les 34 experts… Cela permettra de rester « entre soi » et comme l’affirme sans rire le ministre Darmanin « les syndicats sont associés à la réforme via une grande consultation des agents publics »

 

Pour paraphraser Nicos Poulantzas « L’Etat est un champ stratégique » et nous voyons ainsi qui va en faire son terrain de jeu !

 

Administration & Intendance - UNSA | Mentions légales | Plan du site | Espace privé | Contacts | Fils RSS | Dernière mise à jour : lundi 17 septembre 2018