A&I UNSA
 

Brèves

5 raisons d’adhérer

[En vidéos]

À découvrir ici :

1. La proximité

2. L'expertise

3. L'équipe

4. Nos valeurs

À suivre tous les jeudis à 17h00...

Cliquez ici pour adhérer

Liens utiles

 

Vous êtes ici : Accueil » Actualité


À lire aussi...

Déclaration à la CAPN ADJAENES du 12 décembre 2017

Réforme de l’organisation territoriale de l’éducation nationale : De l’ombre à la lumière ?

CAPN des SAENES : "Quand le ministère perd son sang froid"

Déclaration de la CAPN des AAE
du 5 décembre 2017

Services Publics : un big-bang en gestation

PORTIQUES DE SÉCURITÉ DANS LES LYCÉES

5 février 2016 - COMMUNIQUÉ - En décembre 2015, les français ont choisi leurs représentants pour les 18 régions qui constituent désormais notre République.
Ces collectivités commencent, pour certaines d’entre-elles, à mettre en œuvre concrètement le programme politique qui a fait l’objet du choix majoritaire de leurs électeurs. Elles sont en cela pleinement légitimes. Mais, sans vouloir remettre en cause le principe constitutionnel qui veut que les collectivités locales s’administrent librement, A&I-UNSA, à l’issue des travaux de son Conseil national du 3 février 2016, souhaite rappeler un certains nombre de principes.
Les collectivités locales, dont le rôle essentiel dans le bon fonctionnement des établissements du second degré n’est plus à démontrer, sont associées au fonctionnement du service public d’éducation, elles n’en sont pas co-gestionnaires.
En décembre 2015, les français ont choisi leurs représentants pour les 18 régions qui constituent désormais notre République.
Ces collectivités commencent, pour certaines d’entre-elles, à mettre en œuvre concrètement le programme politique qui a fait l’objet du choix majoritaire de leurs électeurs. Elles sont en cela pleinement légitimes. Mais, sans vouloir remettre en cause le principe constitutionnel qui veut que les collectivités locales s’administrent librement, A&I-UNSA, à l’issue des travaux de son Conseil national du 3 février 2016, souhaite rappeler un certains nombre de principes.
Les collectivités locales, dont le rôle essentiel dans le bon fonctionnement des établissements du second degré n’est plus à démontrer, sont associées au fonctionnement du service public d’éducation, elles n’en sont pas co-gestionnaires.
C’est pour cela que le législateur a créé les établissements publics locaux d’enseignement –EPLE-, dotés d’une autonomie financière et pédagogique.
Au sein de ces EPLE et sous l’autorité des chefs d’établissements, représentants de l’Etat et responsables de la sécurité des personnes et des biens, les personnels administratifs, dont l’action est coordonnée par les adjoints gestionnaires, participent directement à la bonne marche pédagogique matérielle et financière de structures qui accueillent chaque jour près de 5,5 millions d’élèves et étudiants.
Dans ce cadre et le contexte douloureux qui est actuellement celui de notre pays, il est à l’honneur des présidentes et présidents de régions d’accompagner les établissements sur les questions de sécurité.
Cependant, parmi les solutions envisagées et déjà mises en œuvre, A&I-UNSA attire l’attention sur les dangers que représentent à ses yeux les systèmes de contrôle d’accès. Outre les questions de coûts, de maintenance et de surveillance (qui surveille quoi ?) qu’ils posent, outre l’impact psychologique négatif qu’ils peuvent avoir sur les élèves, ces systèmes risquent de provoquer à l’entrée des établissements ralentissements et attroupements, exposant paradoxalement celles et ceux qu’ils sont censés sauvegarder.
Face au danger du terrorisme, A&I-UNSA ne prétend pas avoir de solution miracle.
Toutefois, sans vouloir négliger les moyens matériels, il lui semble particulièrement important de favoriser l’humain ; Les établissements sont avant tout communautés. Ce qui soude ces communautés, aux personnels de statuts et d’employeurs différents, voire de préoccupations et d’intérêts divergents, est plus important que l’automate qui préside aux entrées. Pour ce faire, il est particulièrement important, par exemple, que l’autorité fonctionnelle exercée sur les personnels des collectivités soit reconnue et confortée afin que l’organisation de la sécurité des élèves ne souffre d’aucuns risques de dilution dans des querelles de préséance hiérarchique.
A&I-UNSA respecte les décisions des élus. Mais il le fait et le fera toujours dans le cadre des valeurs de l’UNSA, qui sont l’attachement à la laïcité de la République, à la démocratie, aux libertés, à la justice sociale, à la solidarité, à la défense du Service public, au droit à l’emploi, à la fraternité et la tolérance, dans la fidélité au principe de l’indépendance syndicale.

Pantin, le 4 février 2016

Jean Marc Bœuf
Secrétaire général

Administration & Intendance - UNSA | Mentions légales | Plan du site | Espace privé | Contacts | Fils RSS | Dernière mise à jour : mardi 12 décembre 2017