A&I UNSA
 

Brèves

5 raisons d’adhérer

[En vidéos]

À découvrir ici :

1. La proximité

2. L'expertise

3. L'équipe

4. Nos valeurs

À suivre tous les jeudis à 17h00...

Cliquez ici pour adhérer

Liens utiles

 

Vous êtes ici : Accueil » Espace adhérents » Archives - EPLE » POLE ADMINISTRATIF


À lire aussi...

Evolution des métiers de secrétariat en EPLE

Secrétaires d’EPLE : Un malaise - Une colère justifiée

23 février 2011 - Le malaise et le mal être des personnels administratifs sont récurrents et croissants depuis plusieurs années.

Le ras le bol atteint un niveau inconnu jusqu’à présent, chez nos collègues secrétaires d’établissements scolaires (collèges et lycées), dans la plupart des académies.

Des conditions de travail inacceptables.

Les suppressions d’emplois entrainent un transfert de charges et de missions, à moyens constants ou en diminution dans de nombreux collèges et lycées, dont les moyens stagnent dans le meilleur des cas et parfois diminuent.

Les charges de travail nouvelles s’accumulent avec des systèmes d’informations souvent inappropriés et/ou incomplets, source de dysfonctionnements récurrents et de “bricolage” pour les collègues soucieux d’un service public de qualité.

Une souffrance au travail

Combien d’heures supplémentaires, non compensées ni payées, pour respecter des calendriers imposés dans l’urgence, trop souvent la conséquence d’une (mauvaise) organisation décrétée par ceux qui décident sans aucune concertation au préalable et sans se préoccuper des conditions de mise en œuvre ? (“l’intendance suivra”).

Combien de collègues sous pression, stressé(e)s dans leur travail quotidien ? Combien de collègues souffrent de problèmes de santé liés au stress du travail ? faut-il attendre que l’irréparable se produise ?

Est-ce un dégât collatéral de “la réorganisation des services académiques … conçue et mise en œuvre plus en fonction des impératifs budgétaires que d’orientations stratégiques sur le pilotage académique” ?, dénoncée par l’IGAENR dans son rapport au ministre du mois de juin 2009 (non publié à ce jour !).

Une reconnaissance inexistante : un mépris ?

Lorsque les médias, les ministres, le Président de la République parlent de l’Education Nationale, ils ne pensent qu’aux enseignants.

Sait-on en haut lieu ce que serait la vie quotidienne dans nos collèges et nos lycées sans la conscience professionnelle et sans les savoirs-faire (acquis d’ailleurs très souvent sur le tas et sans réelle formation professionnelle sérieuse tout au long de la carrière) des personnels administratifs ?

Connait-on en haut lieu le pyramidage des 67841 emplois administratifs ? 16.5% en catégorie A, 28.5% en catégorie B et 55% en catégorie C  ! Les promotions de grades et de corps prenant en compte la valeur professionnelle sont dérisoires par rapport au nombre de personnels concernés.

Qui sait que lors de chaque réevaluation du SMIC, les premiers grades de la catégorie C reçoivent une indémnité compensatrice pour ne pas être rémunérés au dessous du salaire minimum garanti ?

Travailler à l’Education Nationale ne doit pas se traduire par des rémunérations inférieures et une reconnaissance des compétences professionnelles moindre par rapport à nos collègues des autres ministères.

La Direction Générale des Ressources Humaines du MENJVA et du MESR doit apporter une réponse claire et sans ambigüité dans le cadre du programme de travail 2010/2011 signé avec Luc Chatel et Valérie Pécresse le 09 mars 2010.


A force de prendre la contrainte budgétaire pour un objectif “l’employeur l’éducation nationale” est en train de déstabiliser le service public d’éducation et sa seule richesse : les femmes et les hommes qui le servent.



Jean-Marc Bœuf, Secrétaire national, Responsable EPLE

Christelle Journet, Secrétariat National, Secrétaire d’Établissement

Administration & Intendance - UNSA | Mentions légales | Plan du site | Espace privé | Contacts | Fils RSS | Dernière mise à jour : mardi 12 décembre 2017