Déclaration liminaire à la CAPN des SAENES du 25/06/19

Déclaration liminaire à la CAPN des SAENES du 25/06/19

Consultez en cliquant ici le compte-rendu de la CAPN SAENES du 25 juin 2019

Madame la présidente,

Mesdames, Messieurs et chers collègues,

Il est traditionnel que les personnels administratifs, toutes catégories C, B, A confondues, soient, sans peur du paradoxe, vus comme invisibles.

Puis, parfois, la lumière se fait sur eux mais pour le simple motif qu’on a besoin d’eux : nécessité fait loi.

Deux exemples récents illustrent parfaitement cette situation :

  • Le travail le week-end afin de palier une nouvelle fois les insuffisances d’une application informatique ;
  • La surveillance des épreuves du baccalauréat pour pallier le manque d’enseignants.

Ce dernier cas est particulièrement révélateur de la manière dont les personnels administratifs sont considérés, ou plutôt, devrait-on dire, déconsidérés. Il semble naturel à certains de leur imposer un travail, un service qui n’est pas le leur. Imagine-t-on que l’on puisse enjoindre soudainement à un personnel enseignant, à un personnel de direction, à un personnel d’inspection d’accomplir une ou des tâches qui ne leur incombent pas ?

Notre organisation l’avait écrit à Monsieur le directeur du cabinet à l’occasion des réquisitions du Week-end : au-delà du fait que le droit de réquisition appartient au seul préfet, nous aurions apprécié que soit fait appel au volontariat plutôt qu’à la désignation d’office. Nos collègues disposent d’une conscience, ils sont en capacité d’apprécier les nécessités de la continuité du service public par eux-mêmes, ils l’ont prouvé à de nombreuses reprises sans qu’il soit nécessaire de les placer comme des pions sur un échiquier.

A l’heure où Monsieur le secrétaire d’Etat à l’action et aux comptes publics affirme que les fonctionnaires sont en accord avec des réformes qui consistent à les priver pour partie de l’action de celles et ceux qui les défendent, la persistance d’une culture verticale de l’autorité d’un autre âge ne présage rien de bon pour les temps à venir.

Plus que jamais A&I UNSA est et restera en défense de tous nos collègues C, B, A. 

Concernant l’ordre du jour, nous déplorons une fois de plus le faible nombre de possibilités de promotions. C’est pourquoi, fidèles à nos mandats, nous continuons d’appeler de nos vœux un nouveau plan de requalification massif de C en B et de B en A, mais également l’augmentation significative des taux promus/promouvables. Ces demandes sont d’autant plus légitimes que les mesures du PPCR sont achevées et que leurs bénéfices sont nettement inférieurs aux attentes de nos collègues SAENES.

Nous souhaitons intervenir à nouveau à propos du mouvement. Nous avions lors de la CAP précédente souligné le manque de possibilités d’accueil (particulièrement dans les DOM) qui ne permettent même pas de satisfaire les priorités légales.

Nous dénonçons aujourd’hui les agissements de l’académie de la Martinique qui a proposé des postes sur la place de l’emploi public avant et après la CAPN du mouvement pour des recrutements au premier septembre. Cette académie fait fi de la détresse de nos collègues qui depuis des années attendent un retour dans leur département d’origine.

Faut-il y voir le fait du prince dans le cadre de cette gestion des ressources in-Humaines ? À l’orée du retour de jeunesse et sports dans nos services, nous lui décernons un CARTON ROUGE !

Nous vous remercions de votre attention.

Les commissaires paritaires nationaux des SAENES A&I UNSA